04
Juil-2019

Couserans Retour

RENCONTRE INATTENDUE AVEC UN… PUIS DEUX OURS !

Les journées de juin, et leurs températures suffocantes n’incitaient guère à l’activité. Alors, autant dire qu’une échappée en montagne, où le climat est tempéré, à se poser pour observer la nature, fut une idée qui n’a pas tardé à être mise en pratique.

Au petit matin, les hautes vallées du Couserans rayonnaient déjà de verdure. Une verdure qui, à elle seule, diffusait une sensation de fraîcheur bienfaisante. Les isards ne s’y étaient pas trompés et déjà une belle harde crapahutait tout en légèreté à quelques encablures. Le poste d’observation avait été minutieusement choisi, en contre-haut d’un vaste vallon où la seule sente le parcourant jadis n’était plus qu’un vague souvenir. Autant d’atouts pour laisser libre cours à une nature déshumanisée.
Un premier tour de jumelle méticuleux n’avait révélé que deux isards, non loin d’un névé occupant un renfoncement du terrain. Quelques minutes seulement venaient de s’écouler lorsque reprit la quête visuelle. Et là, quelle ne fut pas la surprise au moment où les jumelles s’arrêtèrent net sur… un ours ! Un bel animal au pelage argenté soyeux, à l’allure élégante et puissante à la fois. Il déambulait de proche en proche, s’arrêtant sur une prairie ou derrière un rhododendron, ou faisant voler une motte d’herbe pour débusquer une racine ou un bulbe enfoui.
Il était juste là, bien réel. Le Moussu. Lui que tout montagnard respecte et espère croiser un jour au détour d’une escapade. Il vaquait à ses pérégrinations habituelles, sans se préoccuper d’un quelconque danger. Et la scène dura, comme si le temps s’était suspendu.
Sa balade s’est finalement stoppée non loin d’un bloc où il cessa de s’agiter au point de ne plus monopoliser exclusivement l’attention. Et puis, soudain, non plus un, mais deux ours apparurent dans le cadre photo. Le second arrivait du haut, vite. Ils se sont reniflés rapidement avant de se séparer. Chacun d’eux s’est alors éloigné en recherche d’une couche pour se soustraire aux heures les plus chaudes de la journée. L’un l’a trouvée dans une pente herbeuse très raide, sous un arbre, tandis que l’autre s’est mis en tête de gravir un couloir pour se mettre à l’ombre d’un rocher dans la falaise. Il se sont assoupis, la rencontre tant rêvée était devenue réalité. 2 h 15 inoubliables.

Un extrait vidéo de cette rencontre ici :

© Corine Valdevit. Diffusion interdite sans l’autorisation de Regard’isard.
Durée : 3’52.

0

 Aimer / 0 Commentaires

Archives

> <
Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec